manteau

manteau

manteau [ mɑ̃to ] n. m.
• v. 1300; mantel 980; lat. médiév. mantellus, dimin. de mantus 1. mante
I
1Vêtement à manches longues, boutonné sur le devant, qui se porte par-dessus les autres vêtements pour protéger le corps du froid et des intempéries. caban, capote, doudoune, loden, paletot, pardessus, pelisse, vx 2. plaid, redingote, trois-quarts. Ceinture, martingale d'un manteau. Relever le col de son manteau. Manteau d'homme, de femme. fam. pelure. Prendre un manteau pour sortir. Sortir sans manteau (cf. En taille). Laisser son manteau au vestiaire. Manteau de cuir, de lainage, de fourrure. Un manteau de vison, d'astrakan. Manteau en daim. Manteau à capuche. duffel-coat, kabig, parka.
Manteau de pluie. ciré, gabardine, imperméable, trench-coat. Manteaux sans manches. burnous, cape, chape, limousine, macfarlane, 1. mante, mantelet, pèlerine, poncho. Manteaux antiques, anciens. chlamyde, himation, pallium, sagum, tabard.
2Fig. « un lourd manteau de tristesse nous écrase les épaules » (Loti). chape. « Nous sommes accablés D'un manteau d'ignorance » (Rimbaud). Loc. SOUS LE MANTEAU : clandestinement, secrètement. Livre publié sous le manteau. « Papa adorait raconter cette histoire sous le manteau » (H. Bazin ).
3Petit vêtement protégeant un chien du froid, de la pluie.
II
1(XIIIe) Zool., vén. Dos d'un animal, quand il est d'une autre couleur que le reste du corps. mantelure. (1803) Zool. Membrane charnue qui enveloppe la masse viscérale des mollusques et sécrète leur coquille calcaire. pallium.
2(1332) Manteau de cheminée : partie de la cheminée en saillie au-dessus du foyer.
3(1681) Blas. Draperie doublée d'hermine enveloppant les armoiries.
4(1834) MANTEAU D' A RLEQUIN : encadrement d'une scène de théâtre figurant des rideaux relevés.
5(v. 1940; all. Mantel) Géol. Enveloppe de la Terre, située au-dessous de la croûte continentale ou océanique. asthénosphère, lithosphère. Adj. MANTELLIQUE [ mɑ̃telik ].
⊗ HOM. Mentaux (mental).

manteau nom masculin (latin mantellum, diminutif de mantum, manteau) Vêtement à manches longues, boutonné devant, que l'on porte à l'extérieur pour se protéger du froid. Littéraire. Tout ce qui sert à cacher : Le manteau de l'indifférence. Bâtiment Construction qui délimite le foyer d'une cheminée et fait saillie dans la pièce. (Il se compose de deux piédroits qui supportent un linteau ou un arc.) Fauconnerie Ensemble du plumage des oiseaux, plus spécialement plumage des parties supérieures (dos, ailes). Géologie Partie d'une planète tellurique, en particulier de la Terre, intermédiaire entre la croûte et le noyau. (Le manteau terrestre est subdivisé en manteau supérieur, dont le contact avec la croûte est le moho, asthénosphère et manteau inférieur qui va jusqu'à une profondeur d'environ 2 900 km.) Héraldique Ornement extérieur consistant en une draperie symétrique, toujours doublée d'hermine et retombant autour de l'écu. Militaire Autrefois, vêtement très ample, à manches, qui servait de capote aux troupes montées. Théâtre Rôle de personnage grave et âgé. (On dit aussi rôle à manteau.) Zoologie Chez les mollusques, repli de peau qui recouvre la masse viscérale et dont la face externe sécrète souvent une coquille qui n'y reste pas adhérente. (Sous le manteau se trouve une cavité palléale, contenant notamment les organes respiratoires [branchies ou poumon]. Chez beaucoup de bivalves, le bord du manteau s'allonge en une paire de tubes qui servent à l'entrée et à la sortie de l'eau de la respiration.) ● manteau (citations) nom masculin (latin mantellum, diminutif de mantum, manteau) Jean Giono Manosque 1895-Manosque 1970 Les spéculations purement intellectuelles dépouillent l'univers de son manteau sacré. Les Vraies Richesses Grassetmanteau (expressions) nom masculin (latin mantellum, diminutif de mantum, manteau) Sous le manteau, clandestinement, en dehors des formes légales ou régulières : Livre vendu sous le manteau. Manteau de vapeur, synonyme de enveloppe de cylindre. ● manteau (homonymes) nom masculin (latin mantellum, diminutif de mantum, manteau) mentaux adjectif plurielmanteau (synonymes) nom masculin (latin mantellum, diminutif de mantum, manteau) Vêtement à manches longues, boutonné devant, que l'on porte à...
Synonymes :
- pèlerine
Littéraire. Tout ce qui sert à cacher
Synonymes :
Thermique. Manteau de vapeur
Synonymes :

manteau
n. m.
d1./d Vêtement qui se porte par-dessus les autres habits.
|| Fig. Ce qui recouvre, dissimule. Un manteau de verdure.
Loc. Sous le manteau: clandestinement. (V. sous le burnous, sous la couverte.)
d2./d ZOOL Région dorsale d'un animal quand elle est d'une autre couleur que celle du reste du corps.
|| Repli de peau qui enveloppe le corps et dont la face externe sécrète la coquille, chez les mollusques.
d3./d GEOL Couche du globe terrestre située entre l'écorce et le noyau, d'une épaisseur moyenne de 3 000 km.

⇒MANTEAU, subst. masc.
I. A. — 1. HIST. DU VÊTEMENT. Vêtement ample, le plus souvent long et sans manches, qui se porte au-dessus des autres vêtements et est généralement destiné à envelopper tout le corps afin de le protéger du froid ou des intempéries. Manteau militaire; manteau de cérémonie; manteau de deuil; manteau d'hiver; manteau de drap, de pourpre, de velours; manteau doublé, fourré; jeter un manteau sur ses épaules; s'envelopper dans un manteau. Un homme, enveloppé jusqu'aux yeux dans un manteau brun entra dans la chambre (MÉRIMÉE, Carmen, 1847, p. 23). Un manteau court de même couleur et de même étoffe que le pourpoint (...) lui pendait de l'épaule, retenu par une ganse dont les glands retombaient sur la poitrine (GAUTIER, Fracasse, 1863, p. 185).
a) En partic.
Manteau couleur de muraille. Manteau de couleur sombre que portaient les seigneurs désirant se rendre à un rendez-vous secret sans être vus:
1. ... un personnage mystérieux drapé d'un manteau couleur de muraille, dont le pan rejeté sur l'épaule cachait la figure jusqu'aux yeux; un chapeau rabattu dérobait son front, et ne permettait pas de distinguer ses traits non plus que s'il eût été masqué.
GAUTIER, Fracasse, 1863 p. 125.
Manteau court. ,,Petit manteau de soie noire qui ne dépassait pas le genou, et que les ecclésiastiques mettaient avec l'habit court, lorsqu'ils allaient dans le monde`` (Ac. 1835-1935).
Manteau long. ,,Manteau étroit, ordinairement fait de soie noire, que les ecclésiastiques portent avec la soutane`` (Ac. 1835-1935).
Manteau à la crispin, manteau-crispin. Manteau court à capuchon porté par les valets de comédie. Pour elle, j'étais un poête (...) couronné de lauriers, une lyre sur la hanche, et le coup de vent des hautes cimes dans un manteau-crispin à collet de velours (A. DAUDET, Femmes d'artistes, 1874, p. 134).
Manteau de cour
,,Robe sans corsage, ouverte par devant et à queue traînante, qui s'attache au bas de la taille, et que portent les dames de la cour, les jours de présentation et de cercle`` (Ac. 1835, 1878). La Grande-Duchesse entre par la droite, précédée de deux pages et suivie de ses demoiselles d'honneur, qui restent à droite; deux petits nègres portent la queue de son manteau de cour (MEILHAC, HALÉVY, Gde-duch. Gérolstein, 1867, II, 4, p. 240).
,,Traîne qui part des épaules dans certaines robes habillées et spécialement dans certaines robes de mariées`` (Ac. 1935):
2. Le cardinal siégeait dans sa pourpre sur une sorte d'estrade en face de M. Godeau. Dans l'intervalle qui les séparait s'agenouillait, coiffée d'un voile blanc d'une irréelle blancheur et revêtue d'un manteau de cour d'une longueur invraisemblable, une jeune fille.
JOUHANDEAU, M. Godeau, 1926, p. 22.
Manteau de nuit ou de lit. ,,Manteau fort court, ayant des manches, et dont on se sert dans la chambre et au lit`` (Ac. 1835, 1878). Il [le majordome] fit aussi déployer sur un fauteuil une robe, des coiffes et un manteau de nuit tout garni de dentelles et de la bonne faiseuse (GAUTIER, Fracasse, 1863, p. 390). Le duc couvert de son manteau de lit de satin blanc à échelles de ruban feu, coiffé de nuit avec des papillottes (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p. 36).
P. méton. Manteau bleu. [P. réf. à un philanthrope du XVIIIe s. ainsi vêtu] Personne charitable, bienfaiteur. Dans les moments les plus désespérés, un petit manteau bleu apparaissait dans l'atelier, un homme providentiel, singulièrement informé des noces et des dèches d'artistes (GONCOURT, Man. Salomon, 1867, p. 107).
b) Loc. fig.
Loc. adv. Sous le manteau. De manière cachée, secrète. Et le curé, ivrogne et trousseur de sexe, attise la haine des gens, sous le manteau (ARNOUX, Chiffre, 1926, p. 40). Car il y eut drame et attentat, qui mirent subitement à la mode le Japonais, dont on parle beaucoup, en cachette et sous le manteau (LA VARENDE, Bric-à-brac, 1953, p. 66).
En partic. De manière clandestine. Vendre, publier sous le manteau (des livres interdits, le plus souvent politiques ou pornographiques). Romans malsains et (...) livres pornographiques que Gagneur vendait sous le manteau (GONCOURT, Ch. Demailly, 1860, p. 11). Les Éditions de minuit répandent sous le manteau des livres parmi lesquels Le Silence de la mer de Vercors se copie et se répand en d'innombrables exemplaires (DE GAULLE, Mém. guerre, 1956, p. 171).
Loc. verb.
Garder les manteaux (vieilli). [P. allus. à Saul gardant les manteaux de ceux qui lapidaient saint Etienne]. Faire le guet pendant que l'on commet un délit ou pour favoriser un rendez-vous galant; p. méton. ne pas prendre part aux divertissements de ceux qu'on accompagne. — Arrêtons-nous ici, dit-il à son ami, nous voulions faire de Lucerne notre quartier-général pour visiter la Suisse, tu ne trouveras pas mauvais, Léopold, que je change d'avis, et que je reste ici à garder les manteaux (BALZAC, A. Savarus, 1842, p. 36).
Jeter le manteau (de Noé) sur, à. [P. allus. biblique: Genèse 9, 23]. Cacher, dissimuler. Il est plus pieux de détourner nos regards, et, comme les fils du patriarche, de jeter le manteau sur les turpitudes de ceux qui, dans la foi, sont nos pères (OZANAM, Philos. Dante, 1838, p. 278). Toutes ces expériences sociales dont ces pauvres gens sont si fiers, jettent le manteau de Noé sur une réalité misérable (THARAUD, An prochain, 1924, p. 163).
S'envelopper dans le manteau de. Ne rien dire, ne rien faire, attendre avec calme et résignation. Ce vieillard, l'Aristide de Blangy, parlait peu, comme toutes les nobles dupes qui s'enveloppent dans le manteau de la résignation (BALZAC, Paysans, 1844-50, p. 225).
Loc. nom. Rôle à manteau. Rôle de certains personnages de théâtre, graves et âgés, qui portent un manteau sur scène. Jouer les rôles à manteau et p. ell. jouer les manteaux. Dans ce qu'on appelle les rôles à manteau où il [Molière] jouait, le seul Grandmesnil peut-être l'a égalé depuis (SAINTE-BEUVE, Portr. littér., t. 2, 1844-64, p. 55).
2. a) Vêtement d'extérieur long et à manches, plus particulièrement porté par les femmes et les enfants au-dessus de la robe ou de la tenue d'intérieur et destiné à protéger le corps du froid ou des intempéries. Manteau de fourrure, de tweed; manteau d'hiver, d'été; manteau de voyage; manteau trois-quarts; accrocher, enlever, mettre, prendre son manteau. Par la cluse venait un courant d'air glacé; elle releva le col de son manteau (DANIEL-ROPS, Mort, 1934, p. 436). Chloé (...) porte, sous un léger manteau de demi-saison, une robe neuve faite d'un «foulard» à pois qui joue sur la gorge (VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 188):
3. ... je [Sartre enfant] ne pouvais attraper de maladie, fût-ce la rougeole (...) sans me déclarer coupable: j'avais manqué de vigilance, j'avais oublié de mettre mon manteau, mon foulard.
SARTRE, Mots, 1964, p. 195.
Rem. Le nom spécifique du vêtement masculin analogue est pardessus; quoiqu'il en soit, manteau est couramment employé à sa place: Alphonse (...) paraissait ne plus avoir froid. Il avait même ouvert son misérable manteau et s'épongea le front rapidement (ROY, Bonheur occas., 1945, p. 76).
b) Petit vêtement protégeant un chien du froid, de la pluie. Les petits manteaux écossais lui déplurent (...). La dame (...) déplia (...) un de ces petits vêtements douillets (...). «Oui, dit-elle, mais auriez-vous ce modèle en plus petit, du six mois pour caniche nain?» (Le Monde dimanche, 18 oct. 1981, p. VII).
B.P. anal. Ce qui recouvre quelque chose. Sur le manteau de neige qui couvrait le balcon, le soleil apparu entrelaçait des fils d'or et brodait des reflets noirs (PROUST, Swann, 1913, p. 397). Elles [les roches] sont généralement recouvertes d'un manteau de terre végétale qui les cache (BRESSON, Manuel prospect., 1923, p. 57). La nuit est un grand manteau qui coule doucement (GIONO, Bout route, 1937, I, 7, p. 38).
Au fig. Masque, voile servant à cacher, à dissimuler. Se cacher sous le, se couvrir du manteau de l'amitié. La politesse de leurs salons n'est que le manteau de la débauche (BARRÈS, C. Baudoche, 1909, p. 164). Le manteau hypocrite des explications mystiques couvre toutes ces hardiesses (THIBAUDET, Réflex. litt., 1936, p. 178).
II.Spécialement
A.ARCHIT. Manteau de cheminée. Partie de la cheminée, et plus généralement la hotte et le chambranle, qui fait saillie dans la pièce au-dessus du foyer. Cheminée à grand, à large manteau; cheminée à manteau carré, à manteau Louis XV. Un feu de bois, malgré la saison, entretient une température de serre dans la pièce où il vit depuis son retour, frileusement pelotonné sous le manteau de la vaste cheminée, sur une chaise basse (MARTIN DU G., Notes Gide, 1926, p. 1394).
Loc. fig., fam., vieilli. Sous le manteau de la cheminée.
Faux manteau. Manteau de cheminée supporté par des consoles et qui n'a pas de chambranle (Lar. Lang. fr.).
B.GÉOPHYS. ,,Couche intermédiaire du globe terrestre située entre l'écorce et le noyau entre 30 et 2900 km de profondeur`` (GEORGE 1970). L'enveloppe ou manteau: 3000 kilomètres. Le noyau: 3370 kilomètres. Le manteau possède une couche superficielle d'environ 60 kilomètres, distincte de la couche profonde (COMBALUZIER, Introd. géol., 1961, p. 60).
C.HÉRALD. Draperie doublée d'hermine, qui enveloppe entièrement les armoiries. Un vaste écusson impérial de front: l'aigle au repos sur des foudres et, derrière, en draperie, le manteau semé d'abeilles, fourré d'hermine (VERLAINE, Œuvres compl., t. 4, Mes hôp., 1891, p. 302).
D.THÉÂTRE. Manteau d'arlequin.
E.ZOOLOGIE
1. Région dorsale de la robe d'un chien, du pelage d'un gibier, plumage du dos et des ailes d'un oiseau, dont la couleur est différente de celle du reste du corps. Synon. mantelure. Beaucoup de bergeronnettes à manteau gris, collier noir, sautillaient très gracieusement (MICHELET, Journal, 1858, p. 430). À Assouan même, pourtant, quantité (...) de corneilles à manteau gris (GIDE, Journal, 1946, p. 293).
2. Repli des téguments qui tapissent l'intérieur de la coquille des mollusques et en sécrètent la matière calcaire. Cet organe, masse musculaire qui renferme les viscères de la bête (...) se nomme le manteau (...) la marge de ce manteau émet par son épithélium le revêtement externe de la coquille (VALÉRY, Variété V, 1944, p. 30). Les Japonais mirent au point une méthode industrielle consistant à insérer une boulette de nacre (...) dans une incision pratiquée au sein du manteau d'une huître vivante (METTA, Pierres préc., 1960, p. 122).
Manteau royal. Synon. coquille Saint-Jacques. M. de Lamanon rapporta (...) des pétrifications (...) de la coquille connue des conchiliologistes sous le nom de manteau royal, et plus vulgairement coquille de Saint-Jacques (Voy. La Pérouse, t. 3, 1797, p. 189). Parmi ces produits [ces échantillons de l'embranchement des mollusques], je citerai, pour mémoire, seulement, l'élégant manteau royal de l'océan Indien (VERNE, Vingt mille lieues, t. 1, 1870, p. 109).
REM. Manteline, subst. fém., hist. du vêtement. Petit manteau de femme. Il y aura aussi des mantelines, coquette fantaisie, tenant le milieu entre le mantelet et la visite (J. femmes, mars 1847, p. 141).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) ) Fin Xe s. mantel «vêtement qui pend depuis les épaules jusqu'au dessous des genoux et que l'on met par-dessus tous les autres habits» (Passion, éd. D'Arco Silvio Avalle, 22); ca 1300 menteaul (MACÉ, Bible, éd. A. M. L. Prangsma-Hajenius, III, 15247); 1360 mantel à lever de nuit (Comptes Argenterie, p. 234); 1514 manteau de nuit (doc. ds GAY); 1740 manteau de lit (Ac.); 1671 manteau long, manteau court, petit manteau (POMEY); 1752 rôle à manteau (Trév.); ) fig. 1671 rire sous le manteau (POMEY); 1694 garder les manteaux (Ac.); 1718 «ne rien faire pendant que les autres travaillent» (LE ROUX); b) ca 1245 «protection, défense» (Ph. MOUSKET, Chronique, 16882 ds T.-L.); 1580 sous le mantel de «avec l'apparence de, sous le prétexte de» (doc. ds GDF. Compl.); c) 2e quart du XVe s. p. compar. ou p. métaph. mantel des nues (Ch. D'ORLÉANS, Ballade, LXXIX ds Poésies, éd. P. Champion, t. 1, p. 130); d) 1830 milit. «capote dans la cavalerie» (Description des uniformes de la cavalerie du 20 nov. ds QUEM. DDL t. 16); 2. p. anal. a) 1221-50 «pelage du dos et des flancs des animaux, quand sa couleur diffère de celle du reste du corps» (Plait Renart, 84 ds LEJEUNE-DEHOUSSE, L'Œuvre de Jean Renart, p. 409); 1636 «plumage du dos et des ailes des oiseaux, en particulier des oiseaux de proie, quand sa couleur diffère de celle du reste du corps» (MONET); 1803 «membrane charnue qui revêt l'intérieur des coquilles bivalves et qui enveloppe l'animal» (WAILLY); b) 1332 mantel de cheminee «partie supérieure de la cheminée qui couvre la hotte» (doc. ds GDF. Compl.); 1690 faux manteau (FUR.); ca 1371 manteaux plur. «les deux pièces d'une porte qui s'ouvrent des deux côtés» (A. BERTY, Hist. gén. de Paris, Topographie hist. du vieux Paris, Comptes du vieux Louvre, t. 1, p. 198, n° 123); c) 1530 manteau d'armes (PALSGR., p. 278); d) 1679 blas. (MÉNESTRIER, Origines des armoiries, p. 90); e) 1825 manteau d'arlequin (HAREL, ALHOY, JAL, Dict. théâtral, s.v. arlequin). Du lat. mantellum «serviette, voile», dimin. de mantum «manteau», att. seulement au VIIe s., mais certainement bien plus anc., mantellum apparaissant déjà chez Plaute au sens de «voile» (v. FEW t. 6, 1, pp. 277b-278). Fréq. abs. littér.:3787. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 5880, b) 5906; XXe s.: a) 5202, b) 4794. Bbg. Archit. 1972, p. 120, 154 (s.v. manteau d'Arlequin). — DELB. Matér. 1880, p. 196. — QUEM. DDL t. 16.

manteau [mɑ̃to] n. m.
ÉTYM. V. 1300; mantel, v. 980; du lat. médiéval mantellus, dimin. de mantus. → 1. Mante.
———
I
1 Vêtement avec ou sans manches, qui se porte par-dessus les autres vêtements et recouvre le corps depuis les épaules jusqu'au-dessous de la ceinture au moins, généralement pour protéger contre le froid, les intempéries.
REM. La plupart des dictionnaires, à la suite de Littré, définissaient le manteau comme un vêtement « sans manches », du moins pour le manteau masculin. De nos jours, le manteau d'homme est en général avec manches. La longueur du manteau est variable selon les circonstances de temps et de lieu depuis le manteau court des mousquetaires jusqu'à l'ample burnous des Arabes.
Manteau de drap, de loden (ellipt, un loden), de tweed, de velours (→ Brillant, cit. 28). || Manteau de pourpre (→ Épine, cit. 1). || Manteau de caoutchouc (cit. 1), de cuir… || Manteau de peau. || Manteau de fourrure. || Manteau de loutre (→ Fond, cit. 22), de vison… || Manteau en peau de chèvre ( Limousine; → Jupe, cit. 9), de mouton, en poil de chameau… || Manteau chaud, doublé, fourré (cit. 36; Pelisse), léger ( Cache-poussière), ouaté. || Doublure d'un manteau. || Manteau court. Auto-coat (cit.), paletot, trois-quarts. || Manteau habillé, (de) sport.Manteau à capuchon ( Capot, vx), à ceinture, à collet (cit. 3), à martingale. || Pans d'un manteau (→ 1. Basque, cit. 2; ergot, cit. 2).(1909). || Manteau de pluie ( Gabardine, imperméable, mackintosh, waterproof).Manteaux sans manches. Burnous, cagoule, cape, chape (cit. 1), macfarlane, 1. mante, mantelet, manteline (vx), pèlerine, poncho, rotonde (vx).
Vieux manteau râpé (→ Envahissement, cit. 3). || Manteau élégant qui dissimule des habits misérables ( Cache-misère).Le long manteau qui la couvre (→ Gracieux, cit. 8).Prendre son manteau (→ 2. Exprès, cit. 5), jeter un manteau sur ses épaules, pour sortir. || Sortir sans manteau (→ En taille). || Homme drapé, emmitouflé dans un manteau, enveloppé d'un manteau (→ Groupe, cit. 3). || Dégrafer (cit. 1), défaire, déboutonner, ouvrir son manteau. || Accrocher (cit. 1) son manteau à un porte-manteau. || Laisser son manteau au vestiaire.Arrêter, attraper, prendre, tirer qqn par son manteau (→ Avec, cit. 1), par le bord, le pan de son manteau.Allus. bibl. || Le manteau de Noé (→ ci-dessous, cit. 1).
1 Noé (…) but du vin, s'enivra, et se découvrit au milieu de sa tente. Cham (…) vit la nudité de son père, et il le rapporta dehors à ses deux frères. Alors Sem et Japhet prirent le manteau, le mirent sur leurs épaules, marchèrent à reculons et couvrirent la nudité de leur père (…)
Bible (Segond), Genèse, IX, 20 à 23.
2 Nous n'eûmes sur le dos jamais un bon manteau.
Mathurin Régnier, Satires, II.
3 Les manteaux relevés par la longue rapière,
Hélas ! ne passaient plus dans ce jardin sans voix.
Hugo, les Voix intérieures, XVI.
4 (…) n'oubliez pas un manteau brun garni d'un capuchon, qui sert de couverture et de matelas.
Mérimée, Mosaïque, « Mateo Falcone ».
5 Pendant un hiver plus rude que d'ordinaire (…) il (saint Martin) rencontre à la porte d'Amiens un pauvre tout nu (…) Martin n'avait que son manteau; il avait donné tout le reste; il prend son épée, le coupe en deux et en donne la moitié au pauvre. Quelques-uns des assistants se mirent à rire de le voir ainsi demi-vêtu et comme écourté (…) Mais la nuit suivante Jésus-Christ lui apparut couvert de cette moitié de manteau dont il avait revêtu le pauvre.
Michelet, Hist. de France, I, III.
Anciennt. || Manteau à la Crispin, dit aussi Crispin (→ Houppelande, cit. 2).Abbé (cit. 3) en manteau court, en petit manteau, en « petit manteau de soie noire qui ne dépassait pas le genou et que les ecclésiastiques mettaient avec l'habit court lorsqu'ils allaient dans le monde » (Académie). — ☑ Loc. Manteau couleur de muraille : manteau de couleur terne (grise; sombre) porté par ceux qui ne voulaient pas être remarqués quand ils se rendaient à un rendez-vous galant, à une réunion de conspirateurs, etc.
Spécialt. a Manteau d'homme. Pardessus, raglan, ulster; balandran (vx). || Manteau d'ecclésiastique ( Douillette), de marin ( Caban), de soldat ( Capote).Anciennt. || Manteau des Gaulois ( Saie), des hommes d'armes du moyen âge ( Tabard), des mousquetaires ( Casaque, cit. 2), des laquais ( Mandille)…Antiq. grecque et rom. Chlamyde, épitoge, himation (cit.), pallium, toge.
6 Le manteau de spahi, rouge, et de drap fin (…)
Colette, la Maison de Claudine, p. 125.
7 Les officiers attendaient, bien enveloppés dans leurs grands manteaux kaki, qu'ils avaient fait doubler de flanelle blanche.
P. Mac Orlan, la Bandera, XIII.
b Manteau de femme.Spécialt. Mod. Vêtement féminin à manches, droit, cintré ou ample, qui se porte sur la robe ou sur le tailleur. || Manteau de lainage, de fourrure. || Manteau habillé, sport. || Manteau court. || Manteau à capuche. || Manteau d'hiver, d'été, de demi-saison. || Manteau de voyage.
c Hist. Grand manteau sans manches (porté par de grands personnages). || Manteau de cérémonie, à traîne. || Manteau de cour. || Manteau ducal (→ Fleuron, cit. 1), royal (→ Hostile, cit. 4). Mantelet.
d Par anal. || Chien de luxe en manteau écossais.
2 Littér. Par compar. || Humidité (cit. 2) qui tombe sur les épaules comme un manteau glacé.
Par métaphore. || Manteau d'ignorance (cit. 15). — ☑ Poét. Le manteau de la nuit : le firmament (→ Étoile, cit. 11).
8 Le temps a laissé son manteau
De vent, de froidure et de pluie (…)
Ch. d'Orléans (→ Froidure, cit. 2).
9 Et quand descend le soir au manteau d'écarlate (…)
Baudelaire, les Épaves, Pl., t. I.
10 Quand des jours se passent ainsi sans des lettres de vous, un lourd manteau de tristesse nous écrase les épaules, et tout devient terne, et la mer, et le ciel, et nos cœurs.
Loti, les Désenchantées, V, XXXVII.
Par ext. Ce qui recouvre entièrement quelque chose. || Le mur disparaissait sous un manteau de vigne-vierge.
11 (…) c'étaient des forêts et des forêts : à perte de vue, sur les collines et les montagnes, s'étendait ce superbe et sauvage manteau vert, qui abrite encore ses brigands et ses ours.
Loti, les Désenchantées, IV, XXV.
Fig. Ce qui sert à cacher, à dissimuler ( Enveloppe, voile). || Se faire un bouclier du manteau de la religion (→ Hypocrisie, cit. 10). || Un manteau d'hypocrisie (cit. 7).Amour qui se couvre du manteau de l'indifférence ( Masque), qui se cache sous le manteau de l'amitié. Abri (à l'abri de), prétexte, semblant.
12 — L'imposteur ! — Comme il sait, de traîtresse manière,
Se faire un beau manteau de tout ce qu'on révère !
Molière, Tartuffe, V, 7.
13 Enfin, j'ai trouvé dans ma renommée de bienfaisance et dans mes pieuses occupations un manteau pour protéger ma conduite.
Balzac, le Curé de village, Pl., t. VIII, p. 763.
14 Toutes les folies meurtrières et sadiques, ils les couvrent alors de l'antique et pieux manteau de l'Exorcisme !
Huysmans, Là-bas, V.
Loc. cour. Sous le manteau. Clandestinement, secrètement (→ Sous-main). || Ouvrage satirique vendu sous le manteau, qu'on se passe sous le manteau (→ Écueil, cit. 5). || Livre publié sous le manteau.
15 Gautier lui écrivait des lettres absolument impubliables — et qui ont été publiées, pourtant, sous le manteau.
Émile Henriot, Portraits de femmes, p. 386.
15.1 Papa adorait raconter cette histoire sous le manteau.
Hervé Bazin, Cri de la chouette, p. 33.
———
II Par anal.
1 (XIIIe). Zool., vén. Dos (d'un animal) quand il est d'une autre couleur que le reste du corps. || Chien blanc à manteau feu. Mantelure, mantelé.
(1803). Zool. Membrane charnue des mollusques; repli du tégument qui double la coquille et en sécrète la matière calcaire.
2 (1332). || Manteau de cheminée : partie de la cheminée en saillie au-dessus du foyer (→ Chenet, cit. 1; cuisine, cit. 2). || Hotte et manteau d'une cheminée.
16 L'objet le plus apparent et le plus pompeux était une immense cheminée dont le manteau était formé par une pierre de granit bleu.
Balzac, les Chouans, Pl., t. VII, p. 957.
Fig. Sous le manteau de la cheminée, en cachette.
17 (…) enfin toutes les infamies qui se pratiquent sous le manteau d'une cheminée ou autrement dans un but de plaisir ou d'intérêt personnel (…)
Balzac, le Père Goriot, Pl., t. II, p. 941.
3 (1681). Blason. « Draperie doublée d'hermine qui enveloppe entièrement les armoiries » (Réau).
tableau Termes de blason.
4 (1834). Théâtre. || Manteau d'Arlequin : encadrement d'une scène de théâtre figurant des rideaux relevés.
5 Loc. (désignant des animaux).(1867). || Manteau gris : corbeau à plumes grises.(1867; sous la forme bleu manteau, 1791). || Manteau bleu : le goéland à « manteau » (II., 1.) gris.Manteau noir : le goéland noir.(1736). || Manteau ducal : coquillage aux couleurs nacrées, du genre peigne.(1776). || Manteau royal : ancolie des jardins (plante).
6 (V. 1940; all. Mantel). Géol. Partie de la sphère terrestre entre l'écorce et le noyau central en fusion. — Dans ce sens, on rencontre l'adj. mantellique « appartenant au manteau terrestre ».
7 Phys. at. Enveloppe de matière susceptible d'être rendue fissile, qui entoure le « cœur » de certains réacteurs (dits à surgénération).
DÉR. et COMP. Portemanteau. — (De la forme mantel) Démanteler, mantelé, mantelet, manteline, mantelure. — Mante.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Поможем написать реферат

Regardez d'autres dictionnaires:

  • manteau — Manteau. s. m. Vestement qu on se met sur les espaules par dessus l habit, quand on veut aller par la ville ou à la campagne. Long manteau. manteau court. grand manteau. manteau d hiver. manteau d esté. manteau de pluye. manteau leger. manteau… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Manteau — um 1685/90 Manteau (von frz. „Mantel“) ist der generische Begriff für das mantelartige Damenobergewand des späten 17. und frühen 18. Jh., auch Robe genannt. Im engeren Sinn bezeichnet er eine bestimmte Gewandform, die sich um 1680 herum als… …   Deutsch Wikipedia

  • Manteau — Nom surtout porté en Poitou, également présent dans l Aisne. Surnom donné au porteur d un manteau, à un marchand de manteaux. Variante : Manteaux (60), Mantaux (80, 70), Mantel (62, 80) …   Noms de famille

  • manteau — cloak, mantle, 1670s, from Fr. manteau, from O.Fr. mantel (see MANTLE (Cf. mantle)) …   Etymology dictionary

  • Manteau — Man teau , n.; pl. F. {Manteaux}, E. {Manteaus}. [F. See {Mantle}, n.] 1. A woman s cloak or mantle. [1913 Webster] 2. A gown worn by women. [Obs.] [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • manteau — MANTEAU: Toujours couleur de muraille pour les équipées galantes …   Dictionnaire des idées reçues

  • manteau — [man′tō΄; ] Fr [ män tō′] n. pl. manteaus or Fr. manteaux [mäntō′] [Fr < OFr mantel: see MANTLE] Obs. cloak or mantle, esp. one worn by a woman …   English World dictionary

  • manteau — (man tô) s. m. 1°   Vêtement ample et sans manches qu on porte par dessus l habit. •   Jésus sortit, portant une couronne d épines et un manteau d écarlate, SACI Bible, Év. St Jean, XIX, 5. •   Bon manteau bien doublé, bonne étoffe bien forte, LA …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • MANTEAU — s. m. Vêtement ample et sans manches qui se met par dessus l habit, et qui prend ordinairement depuis les épaules jusqu au dessous des genoux. Grand manteau. Manteau d hiver, d été. Manteau pour la pluie. Manteau de campagne. Manteau léger,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • MANTEAU — n. m. Vêtement de dessus qui prend depuis les épaules jusqu’au dessous des genoux et sert à se garantir de la pluie et du froid. Manteau d’hiver. Manteau d’été. Manteau de pluie. Manteau de drap. S’envelopper de son manteau, dans son manteau.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”